Tourisme en Chine

Tourisme en Chine

_DSC3387-Panorama_DxO

Nous avons hésité longtemps avant d’entreprendre notre premier voyage en Chine, tellement contrastée est l’image reçue en Occident de “l’Empire du milieu” qui, en quelques décennies, s’est transformé en  puissance économique numéro un ou deux sur le plan mondial. A vrai dire, les mégalopoles ne nous attirent pas, ni les centres industriels. Nous préférons respirer l’air pur des montagnes plutôt que de nous exposer au smog… Finalement nous avons quand même balayé nos préjugés et nous nous sommes penchés sérieusement sur un programme “à la découverte d’une Chine traditionnelle”, comme à notre habitude, au moyen d’un voyage individuel. Notre choix s’est porté sur le Sichuan et le Yunnan, deux provinces du Sud-Ouest aux confins du Tibet. Non seulement nous étions censés y rencontrer la plus forte proportion de minorités éthniques de toute la Chine, mais nous pouvions aussi y trouver nombre de sites naturels exceptionnels dont plusieurs figurent au patrimoine de l’humanité. Le premier site visité fut la vallée de Jiuzhaigou (voir ici http://www.suivezmonregard.net/gallery/travels/jiuzhaigou-et-huanglong/ et http://whc.unesco.org/fr/list/637).  Lors de notre passage, nous étions les seuls touristes non asiatiques…parmi environ 10.000 visiteurs chinois! Cette rencontre avec le tourisme de masse au sens propre du terme nous a interloqués. Et comme nous avons rencontré le même phénomène à d’autres endroits lors du voyage, cela mérite de s’y arrêter un moment. En schématisant, voici le “mécanisme” du tourisme de masse des Chinois tel que nous l’avons perçu et tel que nos guides nous l’ont expliqué: au départ il faut un site célèbre, de préférence inscrit au patrimoine mondial ou un endroit rendu célèbre par une émission de TV (c’est le cas de Puzhehei  ….).  Les autorités s’emparent de l’affaire, créent en un temps record l’infrastructure d’accès nécessaire en construisant des routes, tunnels, lignes de chemin de fer, voire des aéroports, même dans des sites de montagnes à 3500 m. L’accès au parc naturel, comme à Jiuzhaigou, sera ensuite rigoureusement organisé: structure d’accueil de grande dimension avec toilettes 5 étoiles, restaurants, boutiques… On organise sous l’œil vigilant de la force publique une animation folklorique pour distraire les foules se pressant aux portillons, entrée payante, fermeture du site à toute circulation individuelle, mise en place d’un système de bus-navettes (500 bus pour ce site!) et création d’un circuit pédestre unique à l’intérieur permettant aux visiteurs  d’approcher les merveilles de la nature. En fait la portion accessible de la réserve est très limitée par rapport à sa totalité, et il y a un grand nombre de mesures de protection et de conservation du site qui sont mises en place, ce qui est très positif. Grâce à une main d’oeuvre abondante chargée de ramasser le moindre papier “oublié” sur le parcours, le site est dans un état de propreté remarquable. D’un autre côté, des promoteurs, investisseurs, voire la population locale déploient une activité fébrile de construction à proximité, parfois anarchique, pour accueillir un nombre toujours croissant de visiteurs. En haute saison le chiffre pour Jiuzhaigou peut atteindre 20.000 par jour! La plupart des touristes chinois viennent en bus, font une tour sur place dont le but principal semble être de se prendre en selfie tournant le dos au paysage et envoyant de grands sourires dans le smartphone. Pour faire très chic, on peut louer un costume local pour prendre une pose qui promet un souvenir exceptionnel.  Après une nuit passée à l’hôtel, on prend le bus pour rentrer chez soi.

 

_DSC3502_DxO

 

_DSC3517_DxO

_DSC3514

_DSC3492_DxO

 

_DSC3457

_DSC3452_DxO

_DSC3664

_DSC3707

_DSC3642_DxO

Il ne nous appartient pas de porter un jugement sur la façon dont se pratique le tourisme de masse en Chine. Constatons seulement sa particularité comparée à nos habitudes européennes. Le phénomène est évidemment une conséquence directe de l’évolution du pays: apparition d’une classe moyenne qui peut se permettre le luxe de voyager, de connaître des endroits célèbres de leur pays.

 

 

1 comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.